« Le col du Roi », la route royale des îles

Il nous aura fallu attendre mon 36e article de routes pour arriver en Espagne, sur son île touristique la plus fréquentée : Majorque.

L’île la plus grande de l’archipel est maître dans l’art de l’attraction, offrant tout ce que la côte méditerranéenne peut offrir : une cuisine savoureuse, des paysages aussi beaux que ses plages, un climat des plus agréables d’Europe et des routes fabuleuses.


La MA 2141

Cet itinéraire Ibérique trouve son point de départ, si toutefois vous voulez voyager avec votre voiture ancienne, à Toulon pour une traversée d’environ 13 heures à destination d’Alcudia, dans une des plus belles baies de l’archipel.

La cité portuaire mérite plus qu’une simple visite de courtoisie : la plus ancienne ville de Majorque nous surprend par ses enceintes fortifiées et son cite archéologique Romain.

Les bâtiments ont su conserver leur beauté médiévale sublimée par la couleur ocre des pierres sableuses des belles demeures seigneuriales.

Une visite qui vous fera prendre de la hauteur en grimpant sur les remparts.

En parcourant les ruelles médiévales, vous y découvrirez différents édifices religieux et pour finir, les adeptes de shopping pourront trouver de quoi les enchanter dans la vieille ville qui regorge de jolies boutiques. Quant aux gourmands, ils ne sont pas en reste puisque l’offre gastronomique ravira leurs papilles.

Après cette première mise en bouche, vous voilà d’attaque pour rejoindre « Sa Calobra » par les petites routes (MA 10 et MA 2141). Vous êtes transporté au cœur d’une végétation luxuriante arborée d’oliviers, de pins, sur une route de billard bordée de murets de pierres, entourée de collines rocailleuses. Les paysages lunaires contrastant avec des maquis verdoyants, ont tous des décors méditerranéens à ne pas en douter, le bruit des cigales vous le rappelle sur tout le parcours.  

Comme dans une symphonie, on se laisse envahir par une ambiance allant crescendo pour arriver à « Lluc » et sa basilique construite par les chevaliers Templiers ainsi que son monastère abritant la sainte patronne de l’ile. Le monastère mérite un arrêt que vous pourrez prolonger si vous souhaitez y dormir. Ce sanctuaire rustique, isolé, protégé fait écho à l’identité majorquine.

Un arrêt qui peut aussi s’agrémenter d’une visite du jardin botanique.

De la MA-10 où vous vous trouvez, prendre direction Soller et à droite après le viaduc vous atterrissez sur le tarmac de la Ma-2141, le graal des routes de Majorque.

Vous vous dirigez maintenant vers le « coll dels Reis » à une altitude de 658 m.

La route qui porte aussi le nom de « La Carretera de Sa Calobra » fut construite en 1932, par Antonio Parietti un Italo-Espagnol devenu un héros local.

Arrêtons-nous quelques instants sur cet homme né à Majorque, qui a construit plus de 700 km de routes sur l’ile. Un visionnaire qui a permis au tourisme de se développer dans des coins reculés de l’archipel, inaccessibles en voiture et pourtant aux paysages à couper le souffle. Le secret de construction de cet ingénieur est déconcertant : avant de faire des calculs sophistiqués pour dessiner une route, Antonio Parietti se fiait aux chemins utilisés par les ânes. Pourquoi des ânes ? Parce qu’ils ont la réputation de prendre la trajectoire la plus facile et la moins risquée, ce n’est qu’après cette étude que viennent les étapes suivantes du design de la route.

Depuis, cette route iconique est devenue un spot incontournable des cyclistes. Très ventée, elle a la particularité d’avoir, en dehors de ses nombreux virages en épingle à cheveux, un virage à 270 degrés appelé « Nus de sa Corbata » (Noeud de Cravate), qui lui donne un air de circuit de voitures électriques « Carrera », la marque incontournable de notre enfance (slot car pour les initiés). Une construction avec un pont sous lequel vous passez et sur lequel vous repassez quelques secondes plus tard. Magique.

Rappelons aussi que la route fut construite sans machines, ce qui permet d’éviter plus de 800 mètres de dénivellation avec des sections coincées entre les parois rocheuses abruptes de la chaîne de montagnes.

Arrivés au sommet du col « dels Reis », vous avez parcouru 45 km.

La descente se fait sur des pentes à 11 % qui rythment les courbes infernales pour une conduite des plus sportive.

Votre trajet se poursuit entre les entrailles de la Serra de Tramuntana, pour arriver à Sa Calobra (« la couleuvre »), avec la mer pour objectif ; nul doute qu’elle fut construite dans l’objectif d’en faire un itinéraire touristique.

Une heure trente et 54 km plus loin, votre dernière étape est un village de Sa Calobra.

Visiter « Sa Calobra »

Le sommet du ponton sur lequel les bateaux accostent est un point de vue idéal permet de contempler le merveilleux tracé des courbes impossibles que vous avez parcouru.

Une balade à pied s’impose à présent dans l’impressionnant canyon du « Torrent de Pareis ». Une marche à pied vous fait passer par des tunnels creusés dans la roche et qui aboutit à une embouchure surplombée par deux parois de plus de 200 mètres de hauteur et une plage de galets à l’eau turquoise. Tout le monde s’accorde pour dire que c’est l’un des paysages les plus spectaculaires de l’île tant cette plage est différente des autres.

Une petite faim ?

En fin gastronome Français, cela ne s’oublie pas même en vacances, je conseille vivement le restaurant de poissons grillés qui donner sur la crique face à la mer.

Vous pouvez continuer votre roadtrip en reprenant la MA-10 qui passe par le point culminant de Majorque, « le Puig Major », et vous emmène à travers des paysages sauvages à Soller (37 km).

Un impressionnant tunnel de 3 km creusé dans la montagne vous mène à cette petite ville équipée d’un vieux tramway, qui va du centre jusqu’au port à 4 km.

Cette nouvelle étape vous invite à laisser votre voiture pour une expérience inoubliable : un voyage en train d’époque, qui passe par la « Serra de Tramuntana » inaccessible par la route et qui vous mène en une heure, en passant par la vallée des orangers, à la capitale Palma de Majorque.  A bord de vieux wagons en bois ressemblant aux tramways de San Francisco, vous traverserez la barrière naturelle de la « Sierra d’Alfàbia » par 13 tunnels et de nombreux ponts. 

Vous arriverez « Placa d’Espanya » au centre de la capitale.

Les routes Majorquines font la joie des amateurs de rallyes en voitures de collections et nombreux sont les organisateurs (Français ou Allemands) à créer des événements, notamment sur le fabuleux circuit de vitesse de Llucmajor (3200 m), à quelques kilomètres de Palma de Majorque.

Un roadtrip à faire en voiture (de collection ou de location), les professionnels du tourisme locaux proposent des autos pour tous les budgets et tous les goûts, l’un d’entre eux fait même une offre avec des barquettes très originales.

Parmi les plus belles routes du monde, la MA-2141 s’inscrit dans un ensemble d’itinéraires qui vous apporte tous les plaisirs que l’on recherche en vacances. 

Une rapide mention pour la route du Cap Formentor, un trajet incontournable pour sa magnifique route qui surplombe la mer. Attention en été la route pour y aller est fermée et uniquement accessible en bus depuis Puerto de Formentor ou Alcudia.

Alors taratata … pas d’excuses pour partir entres copains, ce roadtrip coche toutes les cases, il est fait pour toute la famille ou toutes les occasions. Les Iles Baléares et surtout Ibiza ou certaines stations balnéaires très construites et festives de la côte Est contrastent avec cette côte Ouest, qui est particulièrement sauvage, montagneuse et calme. 

Longueur : 5 du départ d’Alcudia, en passant par Sa Calobra et Soller, totalisent 91 km.

Qualité du revêtement : 5 un velours d’asphalte qui vous rend la route soyeuse.

Panorama : 5 Des paysages entre mer et montagnes, vallées et canyons, en voiture, à pied, en train, vos plaisirs sont décuplés.

Difficulté : 4 La MA-2141 comporte de nombreux virages en épingles à cheveux, mais la véritable difficulté ce sont les bus et les vélos en saison estivale.

Budget : 4 un voyage à part entière, qui fait partie de votre budget vacances sur une des iles de la méditerranée les moins chères.  

Total : 23 / 25

Ce roadtrip a été réalisé par Côme amateur de voyages en voiture ancienne et participant à des rallyes historiques.

Photos : Côme Pierquet et Classic Rally Puerto Portals droits réservés

Vous aussi vous avez un roadtrip que vous souhaiteriez partager ?

Contactez Alexandre Pierquet : contact@bedandhistoricmotors.com

L’auteur : Alexandre Pierquet, collectionneur de voitures anciennes et auteur de guides de voyages, pratique l’aventure de la route depuis plus de 40 ans. Journaliste il écrit régulièrement pour News d’Anciennes et intervient comme chroniqueur à la radio.

Alexandre Pierquet auteur de guides de voyages par la route
Guide de voyages en voiture de collection 6 e éditions 2021 / 2022
Translate »