Aux pieds des montagnes, les pieds dans l’eau, il est un petit coin de paradis, la « Riviera Suisse » …

Un lac, des plages, un patrimoine architectural, des routes ; Il ne manque plus que les vignes.

Les terrasses de Lavaux (1) et ses 2000 hectares de vignoble, complètent le tableau idyllique. La Côte offre un itinéraire unique et parfaitement balisé : la fameuse Route du Vignoble, rayonnant sur plus de 50 km et offrant une vue imprenable sur le lac, les Alpes et le Mont-Blanc.

Bordant le Léman, entre Morges et Nyon, la région viticole de La Côte est sillonnée par l’itinéraire balisé de la Route du Vignoble. Des routes qui mènent à la découverte de splendides paysages, de vins d’exception, de produits gourmands et de savoir-faire uniques. Les diverses étapes créent la rencontre avec les vignerons, fromagers, charcutiers, boulangers, agriculteurs et arboriculteurs, de même que les peintres, céramistes et sculpteurs de la région. Ces artisans, qui font vivre leur village, ouvrent leur porte pour partager leur passion avec les hôtes de passage. Pour se remettre de ces aventures, restaurants de campagne, haltes gastronomiques et auberges confortables offrent le gîte idéal aux « gentlemen driver » de la Route du Vignoble.

Sur une des plus belles routes du pays Romand

Cet itinéraire a été découvert en Peugeot 206 CC de 2001, une yountimer pur jus, rien de tel qu’un cabriolet pour « s’enivrer » des paysages de vignes du lac.

Au départ de Lausanne, capitale du canton de Vaud, direction Lutry, par la route de Lausanne (qui passe par le charmant port d’Ouchy et qui devient plus loin route de Lavaux (N°9).

La région viticole de La Côte, s’étend sur la rive ouest du Léman, c’est ici le berceau du chasselas. Le long de ce trajet avec vue sur le lac, on distingue en face les Alpes et le Mont Blanc qui domine.

Les vignobles en terrasses de Lavaux

Ces vignes, perchées au-dessus du Leman sont absolument spectaculaires ; elles ont été plantées au XIIe siècle par des moines bourguignons et elles sont traversées d’escaliers et de murets blancs. « On est fier d’nos murs », dit-on en ce royaume du chasselas (et du pinot noir).

C’est d’ailleurs pour protéger cette région, ses paysages et ses traditions que Lavaux (1)a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007. Pour bon nombre de lausannois (ou simplement de romands), cette région est très connue pour venir y faire une belle balade et déguster un petit verre de vin.

Une route pour s’enivrer de plaisirs

De la route N°9 (dite route de Lavaux) Prendre la route la petite corniche sur votre gauche, elle vous fait grimper dans les vignes. Chaque virage vous offre une vue saisissante et embraye sur un panorama spectaculaire.

Riex, le premier village à traverser vous plonge dans l’ambiance de l’architecture typique du terroir, avec de grandes maisons, accrochés aux ruelles en pentes, aux façades blanches et aux volets colorés. La charmante fontaine (de la justice), vous indique que vous êtes sur le bon chemin. A noter le panneau de ralentissement de la circulation indiquant aux « chars et aux vélos de rouler au pas ».

Un peu plus loin le village Epesses. Ici un petit “détour” par la cave Massy, s’impose.  Vous y retrouverez une magnifique œuvre de l’artiste LPVDA, un street-artist pas comme les autres… Plutôt que d’utiliser de la peinture en bombe, il travaille avec… une ponceuse et du papier de verre ! et crée de véritables œuvres d’art sur le bois.

Le paradis des photographes

A la sortie du village une esplanade vous permet un arrêt photo et prendre le temps de garder un souvenir digital du panorama et des vignes plantées à flancs de montagne, sur les pentes rudes qui glissent vers les eaux bleues du lac. Avec de la chance, vous verrez passer un bateau à vapeur, parmi les plus beaux du monde (1). Nous autres collectionneurs de véhicules d’époques, aimons faire des photos de nos engins dans de beaux décors. Cet itinéraire est un véritable écrin. Plusieurs belvédères vous permettent de vous arrêter pour fixer vos souvenirs. Le plus beau d’entre eux est un arrêt au « baron tavernier ». Le bar restaurant, au design moderne, se fond dans le paysage. Que l’on s’y attable pour se restaurer ou simplement pour prendre un verre (de Chasselas ou de Fendant) c’est le spot photo incontournable de la région. La route monte encore vers Chexbres, pour redescendre vers Saint Saphorin. La bourgade médiévale est un véritable enchantement avec ses ruelles étroites et ses maisons de vignerons traditionnelles. Son célèbre clocher orne aujourd’hui encore de nombreuses étiquettes de vins. L’Auberge de l’Onde y accueille depuis des décennies les gourmets qui s’y régalent de succulentes spécialités locales.
Le vignoble de Lavaux est parcouru d’un chapelet de bistrots et caves de dégustation. Ne manquez pas d’y faire étape, car le paysage se découvre avec tous les sens.

Le chemin du retour revient vers Lausanne par la route du Lac (N°9) en direction de Rivaz. Avant d’arriver à Cully, faite donc un détour à Bourg en Lavaux. Après avoir touché des yeux les sommets, une promenade au bord du Lac vous remettra de vos émotions. La balade se fait à pied le long du parc, du petit port, de la plage… Des sièges plantés dans les rochers vous proposent une vue imprenable, et les eaux du lac sont très agréables pour une baignade en été. Si vous voulez poursuivre votre roadtrip, poussez jusqu’à Vevey et partez à l’assaut du funiculaire du Mont Pèlerin.

Au « Pays des trois soleils

Ici, il y a trois soleils : celui du ciel, celui du lac, et celui des murs. ». L’argument du comité pour la candidature du vignoble de Lavaux (canton de Vaud, Suisse) au patrimoine mondial a fait mouche. C’est ainsi qu’a été inscrit, les terrasses de Lavaux, sur la liste de l’Unesco, au titre de « paysage culturel ». Les Suisses taquins et fiere de leur région prétendent même que :  « les Zurichois qui arrivent dans la région en train, jettent leur billet de retour quand ils sortent du tunnel [ferroviaire] à la hauteur de Lavaux ». 

Un peu de gastronomie

Les eaux fertiles du lac offrent de nombreuses espèces de poissons, cuites avec simplicité pour en préserver toutes les saveurs plus particulièrement l’omble chevalier (dont le gout se rapproche de la Truite).

 Un Malakoff pour commencer ? Le Suisse a de l’appétit. L’altitude, sans doute. Lausanne est tout de même à 455 mètres. Le bon goût consiste à débuter par un Malakoff, un beignet au fromage et à l’oeuf confectionné avec du vin blanc et du kirsch. On poursuit avec une saucisse au chou et son papet (mélange de poireau et de pomme de terre). On termine, entre autres, par un plateau de fromages : tomme vaudoise, vacherin Mont-d’Or, fromage au lait cru de l’Etivaz. Sans oublier la fondue vaudoise au gruyère de montagne (une institution), la raclette, la croûte au fromage. Les Suisses sont des grands amateurs de chocolat et Lausanne compte de nombreux chocolatiers prestigieux comme Blondel ou Durig,

Il y a mille autres choses à tester : la raisinée (jus de poire ou de pomme, chauffé au feu de bois et brassé), le boutefas (viande de porc fumée avec des épices et de l’alcool fort), les escargots… Le tout servi avec des vins de Lavaux. Mais il y en a plein d’autres, dans la région du Léman : du Chablais, de La Côte, des Côtes de l’Orbe-Bonvillars, du Vully.

Les meilleures tables suisses sont concentrées sur les rives du lac. Les grands chefs s’y sont rassemblés en un « pack » gastronomique : Gérard Rabaey, au « Pont de Brent », à Brent ; Philippe Rochat, dans son restaurant éponyme, à Crissier ; Bernard Ravey, en son « Ermitage », à Vufflens-le-Château ; Carlo Crisci au « Cerf », à Cossonay ; Denis Martin, à Vevey… Et puis, il y a tous les restaurants traditionnels, les chalets et buvettes d’alpage. Et les fromageries, les musées (celui des Charbonnières est une ode au vacherin Mont-d’Or AOC)... Alors, Saantéee !

1) Lavaux est en fait la région viticole qui se situe entre Lausanne et Vevey.

(2) Bateau du lac Leman une croisière (dans le temps) à faire sur une journée, la restauration à bord est de grande qualité.

Longueur : Un roadtrip en boucle de 30 km (départ Lausanne – retour Lausanne) à faire en une demi-journée avec de nombreuses haltes, et en une journée, si vous ajoutez la montée en funiculaire au mont Pèlerin (au départ de Vevey).

Qualité du revêtement :  les routes Suisse sont comme une fondue dans son caquelon.

Panorama : les panoramas embrassent le lac et ses montagnes à perte de vue, une étreinte à tomber… amoureux. Certains choisissent le lever ou le coucher du soleil, pour plus de romantisme.

Difficulté : « y’a pas le feu au lac », prenez votre temps.

Budget : « Coûter le lard du chat », une expression locale qui à sa place dans ce roadtrip, la Suisse est chère.

Un itinéraire préparé par Roman Pierquet

Photos : Alexandre Pierquet et Private car collection (Speedzerland) – Facebook

Auteur
Alexandre Pierquet est l’auteur de plusieurs guides de voyages par la route qui permettent aux collectionneurs de voitures anciennes de vivre de beaux roadtrip en voiture de collection. Il nous fait découvrir des routes remarquables à découvrir à son rythme et en voiture ancienne.