Nous partons pour une région naturelle, dans le massif d’une ancienne chaine de montagnes à la frontière de la Belgique. La nature y est intacte, couverte de forêts feuillus et de résineux, de vallons et de rivières cascadantes.

Au départ Francheval en direction de Pouru Aux Bois par la D17, prendre la rue du Moulin (entre le N° 6 et N°11), qui indique La route forestière de Mortéhan.

Un parcours magique au cœur de la forêt des Ardennes, qui vous amène 15 km plus loin sur la D4.

Cette petite route longe la N58, beaucoup plus empreintée par les automobilistes.

Prenons donc cette D4 en direction de la ville de Bouillon : « La vieille route de France », porte bien son nom, puisqu’elle vous fait traverser la frontière qui mène en Belgique et plus précisément dans la province de Luxembourg.

Vous arrivez, après 21 km, au pied du fameux château de Godefroy de Bouillon.

Garez-vous sur le parking qui vous attend, pour faire un tour de la ville médiéval à pied en longeant la Semois, une rivière dont la quiétude invite à la naviguer en pédalo.

La ville est très touristique étant proche du Luxembourg, de la Belgique et de l’Allemagne, vous y trouverez de nombreuses boutiques de bouche, offrant les spécialités du terroir tel que : Fromages, saucissons, jambons fumés, bières d’abbayes et pour finir les fameux chocolats belges. Mais aussi de nombreux restaurants dont la carte est très alléchante :  truite de la Semois , moules frites à l’Ardennaise, l’œillet du château (un fromage de brebis),  « le croisé » (un biscuit proche du spéculos) ou la « Bouillonaise » (une bière Brune).

Après ce tour à pied, reprenez votre véhicule pour traverser le tunnel, dont la route mène au château du premier chevalier Franc, descendant de Charlemagne, et laissez-vous emporter sur l’histoire de la route des croisades.

La visite vous permet de surplomber la ville et avoir un aperçu des environs :

Le vert est prédominant, les forêts touffues sont comme une épaisse couverture qui abrite des itinéraires secrets.

La visite terminée nous continuons par la route de la porte de France (N810) en direction de Corbion, dont la fréquention par les motards promet un itinéraire sinueux.  Pour ce roadtrip, nous avons choisi une Saab 900 classic de 1985, dont le toit ouvrant nous permet contempler la voute verte des arbres qui nous abritent.

Au sommet de cette route de forêts, on arrive sur la route du Tabac, un itinéraire qui laisse place aux paysages dégagés ;  prendre à droite la N893 en direction de Rochehaut, dont la brasserie est renommée, puis plus loin la route de la vallée (N819).

A Mogimont prendre à droite vers Ucimont, une route qui vous mène au « Tombeau du Géant » un des points de vue les plus beaux de la région.

Une halte s’impose après avoir parcouru 50 km, pour contempler, ce dinosaure enfoui sous terre dans les méandres de la Semois. Vous avez devant vous une superbe boucle de la rivière contournant une colline boisée et bien préservée culminant à une altitude de 250 m. Nous y rencontrons un club de voiture de collection, rien d’étonnant, depuis notre entrée sur le territoire, nous avons croisé une foultitude de voitures anciennes. Le pays est très amateur de véhicule de collection et réputé pour ses rallyes historiques… Les salutations sont d’autant plus joyeuses.

Le chemin du retour nous fait retourner sur nos pas en direction de Bouillon, qui n’est plus qu’à 9 km en passant par la N89. Sur cette même N89, prendre quelques kilomètres plus loin la N828 qui indique Bouillon, cet itinéraire vous évite la Nationale et son trafique.

Après 60 km parcourus au cœur de paysages à couper le souffle dans une nature luxuriante et sur des routes viroleuses, il ne vous viendra pas à l’idée de rentrer, tant la région est accueillante…Un bon conseil réservez, hôtels ou restaurants sont complets quel que soit la période de l’année.

En un roadtrip, vous avez réussi à allier histoire médiévale, gastronomie du terroir, routes sportives et panoramiques avec pour compagnie des voitures de collections d’un bout à l’autre du trajet.

Un rêve éveillé. 

  • Longueur : 5 un roadtrip court à faire en une journée ou sur un week -end
  • Qualité du revêtement : 5 les routes sont bien entretenues, attention en période automnale aux feuilles mortes qui rendent la chaussée glissante. 
  • Panorama : 5 des couleurs verdoyantes des forêts aux points de vues sur les hauteurs des sommets un cocktail qui donne le tournis
  • Difficulté : 5 la tentation de vouloir prolonger son séjour est forte… ne résistez pas !
  • Budget : 4 Ici aussi l’essence est moins chère. La restauration propose une offre généreuse avec une large gamme de prix, (les spécialités régionales vous permettent aussi de garnir un beau panier pique-nique), l’hôtellerie est plus chère en période estivale.

Nota : itinéraire bis sur le retour passez par l’Abbaye d’Orval (à 35 km de Bouillon par la N83), la visite est aussi gourmande que culturelle.

  • Total : 24 /25

L’auteur : Alexandre Pierquet, collectionneur de voitures anciennes et auteur de guides de voyages, pratique l’aventure de la route depuis plus de 40 ans. Journaliste il écrit régulièrement pour News d’Anciennes et intervient comme chroniqueur à la radio.

retrouvez ces publications ici



Pour voyager en voiture ancienne : www.bedandhistoricmotors.com
Guide de voyages en voitures de collection Classic car driver’s guide

Nous partons pour une région naturelle, dans le massif d’une ancienne chaine de montagnes à la frontière de la Belgique. La nature y est intacte, couverte de forêts feuillus et de résineux, de vallons et de rivières cascadantes.

Au départ Francheval en direction de Pouru Aux Bois par la D17, prendre la rue du Moulin (entre le N° 6 et N°11), qui indique La route forestière de Mortéhan.

Un parcours magique au cœur de la forêt des Ardennes, qui vous amène 15 km plus loin sur la D4.

Cette petite route longe la N58, beaucoup plus empreintée par les automobilistes.

Prenons donc cette D4 en direction de la ville de Bouillon : « La vieille route de France », porte bien son nom, puisqu’elle vous fait traverser la frontière qui mène en Belgique et plus précisément dans la province de Luxembourg.

Vous arrivez, après 21 km, au pied du fameux château de Godefroy de Bouillon.

Garez-vous sur le parking qui vous attend, pour faire un tour de la ville médiéval à pied en longeant la Semois, une rivière dont la quiétude invite à la naviguer en pédalo.

La ville est très touristique étant proche du Luxembourg, de la Belgique et de l’Allemagne, vous y trouverez de nombreuses boutiques de bouche, offrant les spécialités du terroir tel que : Fromages, saucissons, jambons fumés, bières d’abbayes et pour finir les fameux chocolats belges. Mais aussi de nombreux restaurants dont la carte est très alléchante :  truite de la Semois , moules frites à l’Ardennaise, l’œillet du château (un fromage de brebis),  « le croisé » (un biscuit proche du spéculos) ou la « Bouillonaise » (une bière Brune).

Après ce tour à pied, reprenez votre véhicule pour traverser le tunnel, dont la route mène au château du premier chevalier Franc, descendant de Charlemagne, et laissez-vous emporter sur l’histoire de la route des croisades.

La visite vous permet de surplomber la ville et avoir un aperçu des environs :

Le vert est prédominant, les forêts touffues sont comme une épaisse couverture qui abrite des itinéraires secrets.

La visite terminée nous continuons par la route de la porte de France (N810) en direction de Corbion, dont la fréquention par les motards promet un itinéraire sinueux.  Pour ce roadtrip, nous avons choisi une Saab 900 classic de 1985, dont le toit ouvrant nous permet contempler la voute verte des arbres qui nous abritent.

Au sommet de cette route de forêts, on arrive sur la route du Tabac, un itinéraire qui laisse place aux paysages dégagés ;  prendre à droite la N893 en direction de Rochehaut, dont la brasserie est renommée, puis plus loin la route de la vallée (N819).

A Mogimont prendre à droite vers Ucimont, une route qui vous mène au « Tombeau du Géant » un des points de vue les plus beaux de la région.

Une halte s’impose après avoir parcouru 50 km, pour contempler, ce dinosaure enfoui sous terre dans les méandres de la Semois. Vous avez devant vous une superbe boucle de la rivière contournant une colline boisée et bien préservée culminant à une altitude de 250 m. Nous y rencontrons un club de voiture de collection, rien d’étonnant, depuis notre entrée sur le territoire, nous avons croisé une foultitude de voitures anciennes. Le pays est très amateur de véhicule de collection et réputé pour ses rallyes historiques… Les salutations sont d’autant plus joyeuses.

Le chemin du retour nous fait retourner sur nos pas en direction de Bouillon, qui n’est plus qu’à 9 km en passant par la N89. Sur cette même N89, prendre quelques kilomètres plus loin la N828 qui indique Bouillon, cet itinéraire vous évite la Nationale et son trafique.

Après 60 km parcourus au cœur de paysages à couper le souffle dans une nature luxuriante et sur des routes viroleuses, il ne vous viendra pas à l’idée de rentrer, tant la région est accueillante…Un bon conseil réservez, hôtels ou restaurants sont complets quel que soit la période de l’année.

En un roadtrip, vous avez réussi à allier histoire médiévale, gastronomie du terroir, routes sportives et panoramiques avec pour compagnie des voitures de collections d’un bout à l’autre du trajet.

Un rêve éveillé. 

  • Longueur : 5 un roadtrip court à faire en une journée ou sur un week -end
  • Qualité du revêtement : 5 les routes sont bien entretenues, attention en période automnale aux feuilles mortes qui rendent la chaussée glissante. 
  • Panorama : 5 des couleurs verdoyantes des forêts aux points de vues sur les hauteurs des sommets un cocktail qui donne le tournis
  • Difficulté : 5 la tentation de vouloir prolonger son séjour est forte… ne résistez pas !
  • Budget : 4 Ici aussi l’essence est moins chère. La restauration propose une offre généreuse avec une large gamme de prix, (les spécialités régionales vous permettent aussi de garnir un beau panier pique-nique), l’hôtellerie est plus chère en période estivale.

Nota : itinéraire bis sur le retour passez par l’Abbaye d’Orval (à 35 km de Bouillon par la N83), la visite est aussi gourmande que culturelle.

  • Total : 24 /25

L’auteur : Alexandre Pierquet, collectionneur de voitures anciennes et auteur de guides de voyages, pratique l’aventure de la route depuis plus de 40 ans. Journaliste il écrit régulièrement pour News d’Anciennes et intervient comme chroniqueur à la radio.

retrouvez ces publications ici



Pour voyager en voiture ancienne : www.bedandhistoricmotors.com
Guide de voyages en voitures de collection Classic car driver’s guide

Nous partons pour une région naturelle, dans le massif d’une ancienne chaine de montagnes à la frontière de la Belgique. La nature y est intacte, couverte de forêts feuillus et de résineux, de vallons et de rivières cascadantes.

Au départ Francheval en direction de Pouru Aux Bois par la D17, prendre la rue du Moulin (entre le N° 6 et N°11), qui indique La route forestière de Mortéhan.

Un parcours magique au cœur de la forêt des Ardennes, qui vous amène 15 km plus loin sur la D4.

Cette petite route longe la N58, beaucoup plus empreintée par les automobilistes.

Prenons donc cette D4 en direction de la ville de Bouillon : « La vieille route de France », porte bien son nom, puisqu’elle vous fait traverser la frontière qui mène en Belgique et plus précisément dans la province de Luxembourg.

Vous arrivez, après 21 km, au pied du fameux château de Godefroy de Bouillon.

Garez-vous sur le parking qui vous attend, pour faire un tour de la ville médiéval à pied en longeant la Semois, une rivière dont la quiétude invite à la naviguer en pédalo.

La ville est très touristique étant proche du Luxembourg, de la Belgique et de l’Allemagne, vous y trouverez de nombreuses boutiques de bouche, offrant les spécialités du terroir tel que : Fromages, saucissons, jambons fumés, bières d’abbayes et pour finir les fameux chocolats belges. Mais aussi de nombreux restaurants dont la carte est très alléchante :  truite de la Semois , moules frites à l’Ardennaise, l’œillet du château (un fromage de brebis),  « le croisé » (un biscuit proche du spéculos) ou la « Bouillonaise » (une bière Brune).

Après ce tour à pied, reprenez votre véhicule pour traverser le tunnel, dont la route mène au château du premier chevalier Franc, descendant de Charlemagne, et laissez-vous emporter sur l’histoire de la route des croisades.

La visite vous permet de surplomber la ville et avoir un aperçu des environs :

Le vert est prédominant, les forêts touffues sont comme une épaisse couverture qui abrite des itinéraires secrets.

La visite terminée nous continuons par la route de la porte de France (N810) en direction de Corbion, dont la fréquention par les motards promet un itinéraire sinueux.  Pour ce roadtrip, nous avons choisi une Saab 900 classic de 1985, dont le toit ouvrant nous permet contempler la voute verte des arbres qui nous abritent.

Au sommet de cette route de forêts, on arrive sur la route du Tabac, un itinéraire qui laisse place aux paysages dégagés ;  prendre à droite la N893 en direction de Rochehaut, dont la brasserie est renommée, puis plus loin la route de la vallée (N819).

A Mogimont prendre à droite vers Ucimont, une route qui vous mène au « Tombeau du Géant » un des points de vue les plus beaux de la région.

Une halte s’impose après avoir parcouru 50 km, pour contempler, ce dinosaure enfoui sous terre dans les méandres de la Semois. Vous avez devant vous une superbe boucle de la rivière contournant une colline boisée et bien préservée culminant à une altitude de 250 m. Nous y rencontrons un club de voiture de collection, rien d’étonnant, depuis notre entrée sur le territoire, nous avons croisé une foultitude de voitures anciennes. Le pays est très amateur de véhicule de collection et réputé pour ses rallyes historiques… Les salutations sont d’autant plus joyeuses.

Le chemin du retour nous fait retourner sur nos pas en direction de Bouillon, qui n’est plus qu’à 9 km en passant par la N89. Sur cette même N89, prendre quelques kilomètres plus loin la N828 qui indique Bouillon, cet itinéraire vous évite la Nationale et son trafique.

Après 60 km parcourus au cœur de paysages à couper le souffle dans une nature luxuriante et sur des routes viroleuses, il ne vous viendra pas à l’idée de rentrer, tant la région est accueillante…Un bon conseil réservez, hôtels ou restaurants sont complets quel que soit la période de l’année.

En un roadtrip, vous avez réussi à allier histoire médiévale, gastronomie du terroir, routes sportives et panoramiques avec pour compagnie des voitures de collections d’un bout à l’autre du trajet.

Un rêve éveillé. 

  • Longueur : 5 un roadtrip court à faire en une journée ou sur un week -end
  • Qualité du revêtement : 5 les routes sont bien entretenues, attention en période automnale aux feuilles mortes qui rendent la chaussée glissante. 
  • Panorama : 5 des couleurs verdoyantes des forêts aux points de vues sur les hauteurs des sommets un cocktail qui donne le tournis
  • Difficulté : 5 la tentation de vouloir prolonger son séjour est forte… ne résistez pas !
  • Budget : 4 Ici aussi l’essence est moins chère. La restauration propose une offre généreuse avec une large gamme de prix, (les spécialités régionales vous permettent aussi de garnir un beau panier pique-nique), l’hôtellerie est plus chère en période estivale.

Nota : itinéraire bis sur le retour passez par l’Abbaye d’Orval (à 35 km de Bouillon par la N83), la visite est aussi gourmande que culturelle.

  • Total : 24 /25

L’auteur : Alexandre Pierquet, collectionneur de voitures anciennes et auteur de guides de voyages, pratique l’aventure de la route depuis plus de 40 ans. Journaliste il écrit régulièrement pour News d’Anciennes et intervient comme chroniqueur à la radio.

retrouvez ces publications ici



Pour voyager en voiture ancienne : www.bedandhistoricmotors.com
Guide de voyages en voitures de collection Classic car driver’s guide
Translate »