Communément appelées, le Grand Canyon du Verdon, ces Gorges dans un parc naturel n’ont rien à envier aux canyons outre Atlantique.  Tout aussi spectaculaires, elles forment une frontière naturelle entre les Alpes de Haute Provence et le Var, à une centaine de kilomètres de la frontière italienne du Piémont. Une destination hexagonale à privilégier dans une époque où le confinement nous imposera de ne pas voyager trop loin. 

Partons pour le plus beau canyon d’Europe, creusé par la rivière Verdon que vous longerez sur 21 km, séparant les Préalpes de Castellane et les Préalpes de Digne.  Une route qui domine les gorges d’une profondeur de 700 m.  Deux itinéraires routiers permettent de visiter les gorges du Verdon, l’un par la rive droite, au nord, allant de Castellane à Moustiers-Sainte-Marie par la route D952 et l’autre par la rive gauche, au sud, allant d’Aiguines à Castellane par la D71, D90 et D995. 

On peut faire le tour complet en partant de Moustiers, en suivant la D957 jusqu’au pont de Galetas (en amont du lac de Sainte Croix et son eau turquoise).  Partez à gauche en direction d’Aiguines.  La D71 monte à flanc de coteau sur l’ubac du Grand Margès (1 577 m), pour rejoindre la rive gauche du Verdon jusqu’au Col d’Illoire.  De là vous aurez une vue splendide sur une partie de la rive droite du Canyon, avec en toile de fond les sommets de Plein Voir, le Pavillon (1 624 m), la cime de Barbin (1 560 m) le Mourre de Chanier (1 930 m). 

Retournez- vous pour avoir une belle vue sur le lac artificiel de Sainte-Croix.   La route continue en lacets étroits jusqu’à l’Auberge des Cavaliers, Cet hôtel restaurant sur la falaise dominant le Verdon de plus de 300 mètres, est une étape panoramique pour déjeuner en terrasse. 

Puis la route s’éloigne des gorges et se rapproche à nouveau pour arriver aux tunnels du Fayet (taillés dans la roche, avec quelques ouvertures permettant la vue sur l’autre rive). On continue ensuite sur le pont de l’Artuby qui traverse les gorges du même nom. Ce pont long de 110 mètres a pour dénomination exacte : « Pont de Chaulière ».  D’une seule arche, il domine l’Artuby à une hauteur de 180 mètres. 

On arrive ensuite au relais des Balcons. D’ici, deux belvédères dominent la Mescle. En face, vue sur la Brèche Imbert et les falaises de l’Escalès sur la droite. Ensuite, on bifurque sur la D90, direction Trigance et son château médiéval, une étape hôtelière et une table gastronomique réputées (référencée dans le guide de voyages en voitures de collection) .

La route traverse le pont qui enjambe le Jabron et en prenant à gauche, cherchez la direction pont de Soleils.   À cet endroit, on peut aller à droite sur Castellane par la D952 (un ville au pied d’un roc et son lac le Castillon, qui valent le détours), ou revenir à Moustiers, à gauche, en passant par le tunnel de Gloige, le Point Sublime, juste en dessous de Rougon, qui permet une vue imprenable sur le Couloir Samson, qui est l’entrée de la partie dite des « gorges ».   On continue ensuite la D952 en s’éloignant à nouveau des gorges puis on passe par La Palud-sur-Verdon (haut lieu du tourisme des gorges du Verdon, musée et maison du Verdon, bureau des guides, etc.).  

Depuis ce village, il est possible de prendre la route des Crêtes (D23).

Cette route part de La Palud et y revient en passant par les plus beaux belvédères de la région. Il faut prendre cette route dans le sens des aiguilles d’une montre si l’on veut faire le tour complet. En effet, une partie de cette route étant à sens unique, attention de la prendre avant La Palud .  En la parcourant, on passe devant le chalet de La Maline, maison du Club alpin français, qui est le départ principal du sentier Martel. 

La route continue sa descente sur Moustiers-Sainte-Marie en passant par le Col d’Ayen, le Col de l’Olivier, les cascades de Saint-Maurin et le belvédère du Galetas avec vue sur le lac de Sainte-Croix, le barrage du même nom, au fond et le plateau de Valensole en face.  Quelques kilomètres plus loin, on se retrouve à Moustiers.      

Une région qui propose de nombreuse trajets à faire en ancienne : La route Napoléon, la route de la lavande, le circuit des deux lacs…

Guide de voyages en voiture de collection – 5e édition 2020

L’auteur : Alexandre Pierquet Collectionneur de voitures anciennes et auteur de guides de voyages, pratique l’aventure de la route depuis plus de 40 ans. Journaliste il écrit régulièrement pour News d’Anciennes et intervient comme chroniqueur à la radio.

retrouvez ces publications ici : https://bedandhistoricmotors.com/boutique-bed-and-historic-motors/#anchor5

Pour voyager en voiture ancienne : www.bedandhistoricmotors.com