Le tourisme automobile est l’ultime façon d’utiliser son véhicule de collection. Partir en voiture ancienne, c’est aussi découvrir des terroirs, faire des rencontres autour de notre passion, avec l’aventure comme art de vivre.

Vient tout d’abord la préparation de la voiture. Cela ne sert a rien d’emporter un garage, quelques outils suffisent, il y a généralement peut de chose que l’on puisse faire sur un bord de route.

En revanche, voici quelques conseils, qui ont fait recette :

  • Avoir une voiture régulièrement entretenue, fiabilisé lorsqu’on en connaît ses défauts, ne pas hésiter à la tester avant le départ sur une bonne distance (100 km au moins), dans le doute faites un contrôle technique.
  • Emporter le catalogue de pièces de votre fournisseur, pour commander la pièce défectueuse et la faire livrer en express le moment venu.
  • Ne pas hésitez a vous arrêter dans un garage, en cas de bruit suspect, pour demander un avis et ou emprunter un outil.

La panne fait partie du voyage

Oui ! Je parle du mot banni de tous, la frayeur de l’automobiliste (qui d’ailleurs est encore plus stressé de se faire gronder par Madame). Oui, ma philosophie est de dire : “Tomber en panne fait parti du voyage, et je vous le souhaite même ! Grâce à cela on fait des rencontres formidables.” mais là je parle de “petite” panne.

Et puis il n’y a pas de panne qui ne se répare pas.

N’oubliez pas que, sur les petites routes vous n’êtes pas dans le monde “civilisé” (urbain), qui vous roulerait dessus plutôt que de s’arrêter. Les gens que vous croisez sont comme vous et se mettent à votre place, eux aussi attendent que vous vous arrêtiez, si il leur arrivait malheur. Ça, en dehors du curieux, qui vous fera perdre votre temps.
Sur les routes de campagne, fiez vous aux agriculteurs, ils ont de très bonnes notions mécaniques, et sont très bien outillés.

Dans les garages, dirigez vous plutôt, vers les mécanos à la chevelure argenté, il a l’expérience et il aura pitié de vous, si il voit que madame n’apprécie pas…

Quel bonheur de se retrouver dans ce temple du boulon, aux bonnes odeurs de graisses, d’huiles, d’essence, dans lequel vous avez trouvé refuge. N’oubliez pas, le n° de téléphone du mécano, qui connaît votre voiture et qui peut vous aider a diagnostiquer la panne. Au pire, si votre véhicule est immobilisé, il reste la location de voiture, pour continuer le voyage en attendant de faire les réparations.

Bref, soyez fataliste, si cela doit arriver, montrez le meilleur de vous même en gestionnaire de crise, soyez inventif et rappelez vous que cette panne fera de vous un héros. Une histoire a raconter aux automobilistes autoroutiers, qui attendront la dépanneuse et se feront remorquer, même si c’est une panne d’essence, pour une somme qui avoisine une nuit dans un ****.

Le voyage par la route

Revenons à la préparation du voyage, à commencer par le choix de la voiture… Votre itinéraire convient-il à votre cylindrée ? L’encombrement de la voiture est- il adaptée aux routes à parcourir ? Son confort est-il en mesure de vous procurer du plaisir malgré la distance…

Concernant votre équipement de survie, le minimum à prévoir, c’est un boite de biscuits et une bouteille d’eau, une couverture, un couteau Suisse, du liquide pour se nettoyer les mains, des gants.

Bon on est prêt, vous avez préparé les itinéraires, fait attention aux dates pour éviter la circulation, regardé la météo, repéré les étapes incontournables (restauration, hôtellerie), et bien choisi votre co-pilote. Il ne manque rien ? Vérifiez sur le pense bête que vous aurez eu soin de préparer.

En route tenez a jour un carnet de notes, des points a bricoler sur la voiture au retour, des endroits que l’on vous à conseillés en chemin, gardez les cartes de visites des lieux. Actionnez le mode localisation sur votre téléphone portable, pour retrouver la route ou le lieu photographié pendant le voyage.

Privilégiez la halte pique nique, vous éviterez l’attente au restaurant, vous aurez une place en terrasse au 1er rang.

Vous êtes prêt à voir la route comme au cinéma avec comme écran votre pare prise.

Alexandre Pierquet